Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Connect with Facebook

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Edouard Coquoz: Le dentiste des nécessiteux

Texte: Luca di Stefano / La Tribune de Genève.

Rencontre. Le retraité soigne gratuitement au Point d’eau. Il lance un appel afin d’assurer la survie du cabinet.

«Je n’ai pas le souvenir d’un seul conflit durant ces années de bénévolat. Il y a une grande reconnaissance des patients, c’est gratifiant.» La rencontre commence par un cri du cœur. «Il faut passer le message aux confrères: nous avons besoin de bénévoles!» Voilà pourquoi Edouard Coquoz a ouvert la porte de son cabinet du Point d’eau comme si on avait toqué avec une rage de dents à traiter d’urgence. Dans ces éléments mobiles de la rue Chandieu, au bout d’un couloir en proie aux infiltrations, le dentiste tient une permanence avec d’autres bonnes âmes. Trois dentistes, une assistante dentaire, deux hygiénistes et une podologue complètent l’offre d’une structure où les démunis trouvent avant tout des douches et une buanderie.

Signe de l’équilibre précaire des lieux, un tableau d’ophtalmologue accroché au mur est devenu inutile. «L’ophtalmologue bénévole a dû partir, on ne peut plus traiter les yeux», regrette le médecin-dentiste. Ainsi, depuis qu’un confrère a annoncé qu’il quittait l’aventure sociale, la survie du cabinet le préoccupe. «Il s’agit d’être disponible trois heures toutes les deux ou trois semaines», lance Edouard Coquoz

Un cabinet à trouver

Le message est transmis. On mesure son importance en écoutant le septuagénaire parler des «nécessiteux» qui prennent place sur «l’unit» — le fauteuil dentaire dans le jargon — de la rue Chandieu. Un jour par semaine, trois patients sont traités en urgence, cinq sont reçus sur rendez-vous. Des sans-abri pour la plupart, mais pas seulement. «Le bouche-à-oreille a élargi les populations que nous recevons, explique-t-il. Ils viennent, ils ont mal, on les soigne gratuitement. Demain, si mille personnes nécessiteuses arrivent, on les soignera.» Dans ce cabinet unique à Genève, il faut aller à l’essentiel. Faute de moyens, on ne pose ni couronnes ni prothèses. «C’est ma grande tristesse, regrette Edouard Coquoz. Certains patients en ont pourtant vraiment besoin.»

Si l’homme affiche sa détermination pour sauver la petite structure, il a été contraint de la fermer. En 2009, le cabinet montre de gros signes de fatigue après treize ans de service intense. «On ne pouvait plus travailler dans un lieu si vétuste», se souvient le dentiste. Mais Noël Constant, magicien du social, fondateur de l’association Carrefour-Rue et du Point d’eau qui en dépend, est de ceux qui s’accrochent. En 2013, il convainc Edouard Coquoz de remettre en marche le cabinet. Pour cela, il faut trouver un nouveau fauteuil et le monter. Un appel est lancé, un généreux confrère à la retraite y répond et cède son matériel. Les soins reprennent l’année suivante.

Au Pérou avec l’abbé Pierre

Ainsi, Edouard Coquoz est passé de son cabinet de la rue des Vollandes, où il a effectué l’essentiel de sa carrière, à quelques mètres carrés dans des préfabriqués. Retraité, il promet qu’il continuera de soigner tant que sa santé le lui permettra. «Je n’ai pas le souvenir d’un seul conflit durant ces années de bénévolat. Il y a une grande reconnaissance des patients, c’est gratifiant.» Au fil du récit de son parcours, la vocation sociale prend le pas sur le médical. Fils d’un chirurgien établi à Vevey, il aime surtout raconter comment sa mère, Péruvienne d’origine, est parvenue un jour à convaincre l’abbé Pierre de créer une communauté d’Emmaüs dans son pays natal. «Nous l’avons accompagné au Pérou en 1959! Notre famille pratiquait un christianisme ouvert, avec une fibre sociale très prononcée», raconte celui dont les rêves de jeunesse semblaient le destiner à une carrière de journaliste ou de photographe.

La nuit tombe sur le Point d’eau. Comme chaque jour, près de cent personnes ont pu se doucher et laver leurs habits. Dans la structure de fortune du docteur Coquoz, certains ont reçu des soins dentaires inespérés. Entre les lave-linge et les douches, combien de temps vivra encore ce cabinet? «Je suis convaincu que des confrères et consœurs qui veulent aider existent.»

« Le Point d’eau » – Espace d’hygiène et de santé gratuit

Rive droite
Rue Chandieu 4
1202 Genève

Dreamteam supports

Share A Dream

NEWSLETTER

Subscribe to our NEWSLETTER
You are free to unsubscribe at any time.
We respect your privacy !

SUIVRE

Contactez l'auteur

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de plus d'information, envoyez nous envoyer un email et nous allons revenir à vous, dès que possible.

En cours d’envoi

Copyrights 2020 all right reserved - 7sky.life | powered by Concept-Web

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Connect with Facebook

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account