Vous connecter avec vos identifiants

ou    

[fbl_login_button redirect="" hide_if_logged=""]

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Comme en apnée, certains cessent de respirer la joie de vivre

Ici au Québec, le confinement a été strict. Durant des mois, il était interdit d’inviter des personnes chez soi, mais plus encore, il était interdit de faire des activités avec d’autres dans les rues ou en plein air. Entouré d’une vague de peur que les médias ont nourris, il y a eu un repli inévitable sur soi. Pourtant, ce repli a créé une barrière invisible, la peur de l’autre et de la réalité extérieure. Il suffit de se représenter le monde à travers l’œil de ce qui nous est constamment diffusé pour imaginer le pire. Comme en apnée, certains ont cessé de respirer la joie de vivre. Pourtant, nous tous avons été affectés, parce que coupé des liens avec nos paires, nous avons oublié.

Lorsque nous reprenons la route sur nos vélos, tout est encore mitigé. Ouverture-fermeture, rien n’est clair. Nous choisissons à nouveau de sentir ce qui est juste en essayant. Parce que faire le premier pas est le seul moyen de savoir dans nos cœurs si c’est aligné et en harmonie. Nous partons à l’aventure et nous verrons bien si la situation s’y prête. Et là face à nous se déploie le monde tel que nous l’avons laissé avant la pandémie. Non pas un monde en guerre contre un virus, non pas les démons des médias ni ceux de notre imagination. Si nous étions arrivés d’une autre planète, rien n’aurait laissé présager la moindre trace de cette pandémie. Tout est calme et serein, les personnes rencontrées le long de la route sont toujours aussi souriantes et accueillantes, on nous offre l’hospitalité pour planter notre tente.

Un soulagement résonne en nous. Et c’est bien cela qui nous trouble. Nous n’avions même pas conscience d’avoir peint sur l’extérieur la couleur de doutes et des peurs, comme si le monde s’était teinté à notre insu. Je me questionne alors sur tous ceux qui n’osent plus essayer, qui ne font pas le premier pas pour voir et sentir ce que réellement goûte notre monde. Cela ne s’applique pas uniquement à ceux qui sont restés confinés. Ceux qui ont vu la pandémie à travers les médias sont encore plus paniqués, parce que ce qui a été diffusé n’était qu’une partie de la réalité. Ce n’est pas si simple d’oser faire ce passage, il faut d’abord accepter d’effacer tout ce qui est déjà écrit, comme si nous déposions les traces de nos pieds sur la Terre pour la première fois. Pouvons-nous vivre comme si tout était à nouveau libre du poids de nos attentes ? En nous alignant simplement sur ce qui est juste dans l’espace-temps présent ? Pouvons-nous ressentir chaque respiration comme si c’était la première ?

Youtube Channel : https://www.youtube.com/channel/UC7qR1BWEKWJrSHaudLEbPhA

Xavier Celine Nayla Fibie supports

Nomads in the Heart of the Elements - an initiatic journey by bicyle

NEWSLETTER

Subscribe to our NEWSLETTER
You are free to unsubscribe at any time.
We respect your privacy !

SUIVRE

Contactez l'auteur

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de plus d'information, envoyez nous envoyer un email et nous allons revenir à vous, dès que possible.

En cours d’envoi

Copyrights 2022 all right reserved - 7sky.life | création site internet by Concept-Web

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

[fbl_login_button redirect="" hide_if_logged=""]

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account