Vous connecter avec vos identifiants

ou    

[fbl_login_button redirect="" hide_if_logged=""]

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account

Le devoir de porter un masque peut être un homicide par négligence !

 

Selon l’article 10 de la Constitution fédérale, toute personne a droit à son intégrité physique. Pour les enfants, cela s’applique même notamment en vertu de l’article 11 de la Constitution fédérale. Dans quelle mesure l’obligation de porter un masque porte-t-elle atteinte à ce droit fondamental particulier des enfants ?
Tous les masques, qu’ils soient simplement hygiéniques, FFP1, FFP2 ou autres ont une certaine résistance respiratoire due à leur nature. Dans le cas des masques hygiéniques, par exemple, cette résistance est de 40 Pascal par centimètre carré. L’effet est que l’air enrichi en CO2 expiré de l’espace entre le visage et le masque s’échappe très peu ou pas du tout dans le temps qui s’écoule jusqu’à la prochaine respiration. Si le masque est bien ajusté, comme l’exige officiellement la loi, ce « mauvais air » à forte teneur en CO2 est inhalé à nouveau lors de la prochaine respiration. Lors de l’expiration suivante, la teneur en CO2 est encore plus élevée. Après quelques respirations, l’air dans l’espace dit mort du masque est constitué d’une très grande proportion de CO2. Moins le volume respiratoire de la personne concernée dépasse le volume du masque, plus la teneur en oxygène du sang est faible. C’est pourquoi les employeurs ont des règles précises pour la protection des employés en ce qui concerne la durée pendant laquelle une personne peut travailler avec tel ou tel masque et la durée du temps de récupération (voir tableau). Voir le point 5.3.1 pour le demi-masque filtrant sans soupape d’expiration. La durée maximale de port est de 75 minutes seulement, après quoi une pause de 30 minutes doit être observée. Le masque peut être utilisé au maximum cinq fois 75 minutes par relais avec des pauses respectives de 30 minutes et quatre relais par semaine sont autorisés. Ces règles ont été élaborées pendant de nombreuses années par des spécialistes et des médecins pour protéger le travailleur.Réglementation de la durée de port du masque
En outre, l’employeur doit proposer des examens médicaux réguliers au cours desquels l’aptitude à travailler avec un appareil respiratoire est vérifiée de manière répétée. C’est pourquoi même le Bundestag allemand met en garde contre une dangereuse accumulation de CO2 dans le sang et recommande de retirer régulièrement le masque et de respirer profondément.

Annonce des ménages du Bundestag allemand du 20.08.20
La SUVA écrit également sur son site web : « Le port de masques de protection avec une résistance respiratoire accrue (par exemple des systèmes de filtrage) est pénible. La durée de port doit donc être limitée. La durée de port possible dépend également de la température ambiante et du niveau d’activité physique. Il est recommandé de ‘en aucun cas’, travailler plus de 3 heures avec des masques filtrants sans support de ventilateur. Lorsque vous travaillez avec une protection respiratoire, prévoyez des pauses fixes. Les pauses de travail doivent durer au moins une demi-heure.

Comme les enfants, en raison de leur condition physique, ont un volume respiratoire beaucoup plus faible que les adultes et sont également encore en phase de développement, cet effet joue un rôle encore plus important pour eux. Il est connu que le port prolongé d’un appareil respiratoire provoque des problèmes de concentration, de la fatigue, des maux de tête et des vertiges chez les adultes. Chez les jeunes enfants, le faible volume respiratoire par rapport au volume de l’espace mort étendu du masque peut même entraîner un évanouissement. Il existe aujourd’hui sur Internet d’innombrables articles et expériences de « vérificateurs de faits », qui visent à prouver l’innocuité des masques, même en mesurant la teneur en oxygène du sang. Il ne faut pas oublier une chose : L’adulte peut compenser la résistance respiratoire accrue et le volume de l’espace mort respiratoire en respirant consciemment plus profondément pendant le test ou dans la vie de tous les jours. Chez les enfants, plus ils sont petits, plus cela est difficile. En particulier avec peu d’activité physique, la respiration est beaucoup plus plate. Cependant, le prochain « expert » fidèle à l’État se lèvera certainement demain sans aucune expérience pratique de la vie pour répandre son opinion insensée dans les médias.

Comment un gouvernement en vient-il maintenant à ordonner une obligation générale de porter des masques même pour les enfants dans les écoles, sans examiner la proportionnalité de l’intervention de l’art. 36 de la Constitution fédérale dans le droit fondamental spécial de l’intégrité physique et mentale et de l’intégrité physique et mentale elle-même ? Comment les directeurs d’école et les enseignants en viennent-ils à appliquer cette ordonnance sans examen juridique et médical sans exception ? Le gouvernement ne veut apparemment pas être tenu responsable des dommages physiques et mentaux qui peuvent résulter du port du masque, car il a formulé des exceptions médicales dans le règlement. Toutefois, puisqu’il exige une mise en œuvre restrictive de l’obligation de port de masque et encourage également les médecins à ne pas délivrer de certificats d’exemption de masque, il évolue clairement dans le domaine des blessures corporelles par négligence. Par ailleurs, les administrateurs scolaires et les enseignants qui n’autorisent pas les enfants d’enlever leurs masques régulièrement avec des périodes de repos réguliers s’exposent également à des condamnations (avis juridique d’un avocat, voir ci-dessous).

Dans l’article 125 du Code Pénal Suisse, il est dit

1 Quiconque nuit par négligence au corps ou à la santé d’une personne est, sur demande, passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans ou d’une amende.

2 Si le dommage est grave, le contrevenant est poursuivi d’office.

En outre, il existe une responsabilité pour les demandes privées d’indemnisation pour déficience physique et mentale.

Avis juridique d’un avocat
Tous les chiffres et les statistiques le prouvent très clairement : les enfants ne jouent aucun rôle dans l’épidémie dite « corona » avec la maladie et sa transmission. L’obligation de porter des masques pour les enfants n’a donc jamais été proportionnée et n’est rien d’autre qu’une violation de la constitution. Le droit à la liberté individuelle existe en outre selon l’article 10 de la Constitution fédérale. Soit dit en passant, tout cela s’applique également aux adultes. Même sans aucun effet négatif sur l’organisme humain, l’obligation de porter un masque, avec son empiètement sur la liberté individuelle, est inconstitutionnelle et ne peut être que volontaire. Ce qui est vraiment dangereux, ce n’est pas le virus ! Le plus dangereux est l’activisme inconsidéré de soi-disant « spécialistes », qui n’ont pas la moindre idée de la vie et du droit, et qui sont mus par la peur et la panique.

Alain, – excuse-toi et rentre à la maison !

 

Dreamteam supports

Mettez l'oppression à la poubelle et essayez la liberté ! Le qui, le pourquoi et le comment par David Icke

NEWSLETTER

Subscribe to our NEWSLETTER
You are free to unsubscribe at any time.
We respect your privacy !

SUIVRE

Contactez l'auteur

CONTACTEZ NOUS

Vous avez besoin de plus d'information, envoyez nous envoyer un email et nous allons revenir à vous, dès que possible.

En cours d’envoi

Copyrights 2022 all right reserved - 7sky.life | création site internet by Concept-Web

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

[fbl_login_button redirect="" hide_if_logged=""]

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account